French Mangaka

Chronique 30 – Chibi Vampire Karin

La chronique de Lorelei

Coucou les koopains !

Aujourd’hui je vous donne mes impressions sur Chibi Vampire Karin à retrouver chez Pika !

Titre : Chibi Vampire Karin

Auteur(s) : Scénarisé et dessiné par Kagesaki Yuna

Editeur français : Pika

Date de parution en France : 24/09/2008

Genre : Comédie, Fantastique, Romance

Synopsis

Un vampire qui donne son sang au lieu d’en prendre ! Quelle honte pour ses semblables !

Karin n’est pas un vampire comme les autres, et c’est bien ce qui désespère sa famille.

Avec l’arrivée de Kenta Usui, un nouvel élève, les choses vont encore empirer. Dès qu’elle se trouve près de lui, elle se sent bizarre, le cœur battant et la poitrine serrée. Pourquoi ?

Mes impressions / Conclusion de lecture

Petite remise en contexte : A l’occasion de l’anniversaire de ma sœur, c’est elle qui a choisi le sujet de ma nouvelle chronique et m’a donc mis au défi de lire les 14 tomes qui composent l’œuvre dont je vais vous parler aujourd’hui. Sachez que pour info, je m’étais procuré l’entièreté de la série un peu sur un coup tête, simplement par pure nostalgie vis-à-vis de l’adaptation animée que j’ai regardé avec plaisir il y a bien des années auparavant.

C’est ainsi que chaque soir je partais à la découverte d’un tome avec beaucoup d’envie et d’impatience. Défi accepté et relevé avec succès avec un petit jour d’avance ! Et maintenant, il est temps pour moi de débriefer et de vous donner à chaud tout mon ressenti après lecture de Chibi Vampire.

Alors déjà je commencerai par vous dire que Chibi Vampire est un manga assez ancien et ça se sent. Bon déjà parce qu’à la prise en main je peux vous affirmer que c’est le manga le plus vieux de ma collection mais surtout que ça se ressent dans le dessin, dans la mise en scène et dans la mise en contexte de certaines thématiques.

Entendons-nous bien ce n’est pas un défaut et bien au contraire pour moi qui n’ai pas trop l’habitude de lire des manga des années 2000, cela à contribué à me plaire et me faire découvrir ce manga bien des années après sa période de publication. D’ailleurs, c’est la première fois que j’ai en ma possession un manga qui est en arrêt de commercialisation. Accrochez-vous bien si vous voulez vous aussi mettre la main dessus !

Comme je le disais, en terme de dessin, Chibi Vampire s’affiche dans un style assez simple et classique pour l’époque mais qui ne manque pas de charme notamment au niveau de ses chara-design. On sent que l’auteure y a mis du cœur malgré des petits soucis de proportions et un style un peu brouillon à plusieurs reprises.

Hormis cela, j’ai relativement bien apprécié la patte artistique de la mangaka qui d’ailleurs a su évoluer et grandir au fil des 14 tomes, un fait assez flagrant en particulier sur le personnage de Kenta et sur l’expressivité des divers personnages. Il est tout à fait plaisant de voir le dynamisme, la maladresse et la tendresse de Karin prendre forme sur le papier de bien des façons pour me procurer cet attachement et cette sympathie que j’ai pour elle, comme je l’ai eu avec l’anime… et même encore plus avec le manga !

D’ailleurs autre point à souligner c’est la présence à chaque tome d’illustrations couleurs vraiment jolies dont la qualité graphique à vraiment su me plaire. J’ai aussi bien aimé tous les petits bonus plein d’humour en fin de tome concernant l’auteure et tout son parcours pour concevoir son manga.

Pour parler du scénario et du déroulement de l’histoire et bien écoutez je me suis complètement laissé entraîner. Chibi Vampire a su faire ressortir en moi ce côté fleur bleue dissimulé au fond de mon cœur en m’impliquant émotionnellement dans les péripéties sentimentales compliquées de Karin et Kenta. Au fil de ma lecture j’ai été partagé entre divers sentiments bien forts et je dois bien avouer que je ne m’attendais pas à me sentir aussi captivée et impliquée dans cette histoire d’amour bien niaise (c’est pas moi qui le dit, c’est l’auteure elle-même !). Cela dit au-delà de la romance, l’œuvre met aussi très bien en avant le genre du fantastique et surnaturel en traitant des vampires d’une façon assez inattendue.

Cette histoire d’amour naissante et grandissante entre Karin et Kenta est le cœur de l’histoire pas de doute là-dessus. Il faut voir comme la relation avance vraiment pas à pas et parfois même à pas de fourmis ce qui a été source d’impatience et d’une petite frustration à plusieurs moments.

Pour autant, le sujet principal de Chibi Vampire est bel bien la situation compliquée et étrange de Karin en tant que vampire qui refoule son propre sang à défaut de s’en nourrir comme n’importe lequel de ces congénères à commencer par sa famille.

La thématique des vampires est ainsi revisitée en apportant un autre regard sur ces créatures de la nuit avides de sang humain. Il est très appréciable d’avoir cette analyse originale des vampires avec toutes les explications sur l’éveil de ces derniers, leur mode de vie et surtout la conception intéressante de l’affinité de sang bien spécifique à chaque vampire correspondant à un sentiment humain.

Nous avons donc une romance certes mielleuse mais bien écrite, qui se greffe au genre du surnaturel avec des vampires représentés d’une manière assez surprenante et même dramatique. Chibi Vampire joue ainsi sur plusieurs tableaux en traitant plus ou moins de diverses thématiques sociologiques et psychologiques telles que la confiance en soi, la tolérance, la différence, la sexualité et l’importance des liens familiaux.

Chibi Vampire n’a pas été une lecture de tout repos et je suis vraiment allée de surprises en surprises. Si au début l’histoire est assez tranquille et que l’on se laisse porter avec un enchaînement de situations propices à découvrir les personnages et leurs diverses interactions, plus on avance et plus le scénario s’épaissit avec de vrais rebondissements et des développements de background consistants et satisfaisants.

Sans vous divulgâcher la fin de l’œuvre, les deux derniers tomes ont pris une tournure assez brusque et bouleversante. C’est venu renforcer le côté dramatique déjà pour moi bien présent et allant de pair avec la romance ce qui m’a encore plus accroché, impatiente de découvrir le fin mot de l’histoire.

Et à la fin… j’ai pleuré. Oui, oui j’ai été bouleversé à ce point devant la maîtrise totale de l’auteure à aller au bout de son œuvre sans omettre le moindre détail, sans rien laisser en suspens et apportant même des révélations surprenantes. C’est donc pour moi une fin satisfaisante scénaristiquement parlant, mais une fin douce-amère qui m’aura mis les larmes aux yeux.

Et l’anime alors ?

Je vais terminer cette chronique en vous parlant de l’anime car il est important je pense que je vous donne mes impressions vis-à-vis de l’anime par rapport au manga.

A l’époque, j’avais vraiment adoré l’anime l’ayant même revu plusieurs fois tellement il m’avait plu. Encore aujourd’hui, des souvenirs assez précis de l’anime vagabondent dans mon esprit, d’où le sentiment de nostalgie qui m’a pris au moment où j’ai décidé de découvrir le manga.

Si le tout début est assez similaire, la suite de Chibi Vampire a en fait été une totale surprise en le comparant avec l’anime. Bien des choses changent et même globalement il y a beaucoup de changements scénaristiques importants.

Du coup, lorsque j’ai commencé le manga en me disant « ça va je connais, je sais ce qu’il va se passer globalement »… et bien on peut dire que je suis tombée de haut !

Déjà le ton de la série n’est pas du tout le même que celui du manga, soulignant d’avantage le trait humoristique avec enchaînements de gags propres à une comédie alors que je n’ai pas du tout perçu le manga comme voulant être une comédie. Certes il y a des moments drôles mais ce n’est pas autant prononcé que dans l’anime. D’autre part, j’ai pu observer des développements vraiment différents de certains personnages.

En bref, le manga a sa propre histoire et l’anime à la sienne. On ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une mauvaise adaptation car dans l’exécution on sent que tous ces changements ont été voulu pour créer une sorte d’histoire alternative au manga Chibi Vampire.

Préférerez-vous le manga ou l’anime ? Ce choix vous appartient. Pour ma part, j’ai aimé les deux supports, l’un comme l’autre m’ayant apporté beaucoup de plaisir.

Ce fut un marathon de lecture vraiment bien sympa et agréable. J’ai pris vraiment beaucoup de plaisir à découvrir le manga Chibi Vampire pour tous les points que j’ai développé précédemment… et encore je n’ai pas tout dit, il faut bien ménager ses effets ! Une chose qu’a très bien su faire cette œuvre d’ailleurs pour rendre son histoire plaisante à lire et pour impliquer émotionnellement le lecteur.

J’ai vraiment apprécié du début à la fin, l’histoire dans sa globalité n’étant ni trop longue ni trop courte. Je ne me suis pas du tout ennuyée à suivre les péripéties de ce drôle de vampire qu’est Karin et j’espère qu’il en sera pareil pour vous, futurs lecteurs !

Une romance mignonne saupoudrée de fantastique que je vous invite à découvrir !

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur tumblr
Partager sur email
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

SUPPORT

Nous vous guidons en cas de problèmes.

PAIEMENT SÉCURISÉ

Payer en carte ou via paypal

CONTENU EXCLUSIF !

Des cadeaux et des exclusivités !

Notre société
Nous contacter

Tél : 07 66 85 36 41

Mail: contact@frenchmangaka.com

Adresse: 515 rue de Paris
76300 Sotteville-lès-Rouen

Pour nous contacter, veuillez utiliser le formulaire de contact. Nous vous proposons également de nous contacter directement suivant les informations ci-dessus.

Ⓒ 2021 Frenchmangaka – Tous droits réservés

×
×

Panier